Semaine d’étude maths-entreprises, Bordeaux 2020

Les Semaines maths et entreprises (SEME) visent à créer des échanges entre les milieux industriels et le monde académique par le biais d’une semaine de travail sur des problèmes posés par des industriels et nécessitant des approches mathématiques innovantes. Les entreprises proposent ces problèmes à des (post-)doctorant.es, mathématicien.nes mais pas nécessairement spécialistes des sujets de l’entreprise, qui les résolvent avec leurs points de vue de jeunes chercheurs.

A l’occasion du Forum Emploi Maths 2021 en distanciel, Briques2math a interviewé des participants de la SEME 2020 de Bordeaux : Fabio Coppini et Dorine Tabary. Ces deux témoignages sont complétés d’une présentation de Véronique Maume-Deschamps, directrice d’Amies, et du point de vue de Sonia Tabti, de l’entreprise Fieldbox.ai qui a proposé un sujet.

Les SEME sont une initiative d’AMIES, l’Agence pour les Mathématiques en Interaction avec les Entreprises et la Société. Elles sont inspirées du modèle des European Study Group for Industry mis en place au Royaume-Uni dans les années 1960 puis dans de nombreux pays européens.

Première interview : Véronique Maume-Deschamps nous dit tout sur les SEME.

0:00 : Bonjour Véronique, tu es directrice d’Amies, pourrais-tu nous présenter cette agence en quelques mots ?
0:47 : Dans vos actions, il y a les SEME, qu’est-ce que c’est ? µ
2:38 : Si une entreprise veut participer à une SEME, comment faire ?
3:26 : Comment définir le sujet qu’on propose à une SEME ?
4:38 : Comment participer à une SEME quand on est (post-)doctorant.e ?

Seconde Interview : Fabio Coppini, doctorant et participant à la SEME, nous raconte son expérience sur le projet proposé par Fieldbox.ai, une jeune entreprise qui se place comme opérateur d’intelligence artificielle pour ses clients (énergies, transports, gestion des déchets…). Fieldbox.ai a proposé aux doctorants de plancher sur des questions de données déséquilibrées : un exemple est par exemple celui de séries temporelles dans lesquelles un événement rare n’est observé qu’avec de très faibles occurrences.

0:44 : Quel est le projet que l’entreprise Fieldbox.ai vous a proposé à la SEME ?
1:45 : Pourrais-tu préciser un peu les mathématiques sur lesquelles vous avez travaillé, avec ton groupe ?
4:34 : Ce sujet n’était pas du tout proche de ton sujet de thèse, n’est-ce pas ?
5:05 : Du coup, quelle a été votre méthode de travail quand vous avez été confrontés à ce problème nouveau pour vous ?
7:14 : Etiez-vous satisfait de votre solution proposée à l’issue de la SEME ?
7:52 : Peux-tu dire un peu plus en quoi consiste votre solution ?
8:48 : En quoi la thèse est-elle formatrice pour appréhender les problèmes industriels ?
10:48 : Que t’a apporté la SEME ?
11:53 : Et maintenant, que fais-tu ?

Pour compléter le témoignage de Fabio, Sonia Tabti, de Fieldbox.ai et qui a proposé le sujet, nous raconte son métier et les problèmes auxquels elle est confrontée et nous donne son retour sur le travail du groupe qui a planché sur son projet.

0:14 : Bonjour Sonia, pourrais-tu nous présenter Fieldbox.ai, ton entreprise ?
1:11 : Qui sont vos clients ?
1:36 : Quel est ton poste chez Fieldbox.ai ? En quoi consiste ton travail ?
2:33 : Comment as-tu conçu le projet proposé aux doctorant.es lors de cette SEME ?
4:22 : Quel était l’intérêt pour Fieldbox.ai de participer à cette semaine d’étude maths-entreprises ?
4:57 : As-tu apprécié de travailler avec les doctorant.es ?
5:29 : Est-ce que les doctorant.es ont été surpris.es par le travail avec l’entreprise ?
6:37 : Et toi, qu’as-tu retiré du travail avec les doctorants ?
7:23 : Les docteurs et docteures sont-ils ou elles adapté.es à l’entreprise malgré leur très grande spécialisation ?
9:44 : Et l’entreprise a-t-elle besoin des docteurs ?

Troisième interview : Dorine Tabary a travaillé avec son équipe sur le sujet proposé par IRT-SystemX. Dorine est actuellement doctorante à l’Université de Colmar. IRT-SystemX a été créée en 2012 dans le cadre du programme des investissements d’avenir, l’Institut de Recherche Technologique (IRT) et se positionne comme un accélérateur de la transformation numérique de l’Industrie, des services et des territoires. A l’occasion de la SEME, SystemX avait proposé aux doctorant.es de travailler sur la génération de scénarios, pour tester des véhicules autonomes, en assemblant des événements plus ou moins critiques et plus ou moins probables. Dorine nous explique le projet et la solution trouvée par son groupe.

0:35 : Pourrais-tu nous expliquer le sujet proposé par IRT-SystemX sur lequel vous avez travaillé ?
3:26 : Quelles méthodes avez-vous utilisées ?
5:16 : Ces scénarios une fois générés, à quoi servent-ils ?
5:48 : Quels ont été vos échanges avec l’entreprise ?
6:10 : Comment votre groupe a-t-il travaillé ?
7:36 : Est-ce que le temps vous a manqué ?
7:57 : Le sujet était-il proche de ton sujet de thèse ?
8:57 : Quels ont été, pour toi, les points positifs de cette expérience ?
9:42 : As-tu un conseil pour les doctorant.es tenté.es par une SEME ?

Véronique, Fabio, Sonia et Dorine ont été interviewés par Chi en visio, en septembre et octobre 2021.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :